turfSébastien Guarato


Une montée en puissance pour l'écurie Guarato qui détient trois sites dans l'Orne dans un rayon de 6 kilomètres avec un centre d'entraînement, une station de monte et un centre de débourrage.

sebastien guarato


Sébastien Guarato
fait un choix déterminant à 14 ans : « J'étais moyen à l'école et j'ai dit que je voulais faire driver, j'aurais pu dire dentiste ! Je ne connaissais rien aux chevaux, même si mon père m'emmenait aux courses le dimanche.»
Il apprend son métier avec avec Marcel Cherruau, « un patron à l'ancienne qui savait mettre un coup de pied au cul mais pas rancunier. A l'époque, on faisait moins dans le social, mais on apprenait les vraies valeurs ».
A 22 ans, Albert Dauphin lui propose d'entrainer des chevaux. Il gagne sa première course à Vincennes.
En 2003, il commence sa formidable ascension au Ménil-Bérard (Orne) « Je n'avais pas d'argent. J'ai créé ma piste à l'endroit le plus plat. Comme pour le football, j'ai désormais trois centres différents : un pour le débourrage, l'autre pour le préentraînement et les qualifications et le troisième pour l'entraînement. »

La grande force de Sébastien Guarato est d'essayer de gérer ses chevaux de A à Z dans un circuit fermé.

La légende de la fameuse ligne droite
Une piste droite en dénivelée qui permet aux chevaux de s'endurcir.

Une année 2014 exceptionnelle
"On a pris 5 millions 600 000 euros je crois, un peu plus même, mon record c'était 5,2 millions, on l'a battu cette année, on a gagné 31 groupe dont 8 groupes 1, c'est exceptionnel, ça ne s'est jamais vu", raconte Sébastien Guarato.

A ses côtés des pensionnaires hors normes

ROXANE GRIFF : du haut de ses 10 ans, celle que l'on surnomme la "dame de fer au grand cœur", semble inépuisable et n'a jamais été aussi forte. En cas de victoire, dimanche 1 février 2015, la jument la plus riche de France pourrait passer la barre symbolique des trois millions d'euros.
RAPIDE LEBEL: hongre de grand talent avec 3 groupes I, 7 groupes II et 1.816.922 euros de gains. En 2011, il avait aligné la bagatelle de neuf victoires consécutives. Il nous a fait vivre de grands moments hippiques: citons sa prestation dans la Breeders Crown à Woodbine (Canada). Une retraite bien méritée !

Et bien d'autres ...
Merci pour ces grands champions